CIPO 2018

Rénovation d'un écolodge et amélioration de l'accès à l'eau d'un village

Le projet du CIPO 2018 eu lieu à Ebodjé, un petit village de pêcheurs, au sud du Cameroun. Le village est un site écotouristique principalement grâce à ses plages qui sont un lieu important de ponte pour les tortues marines entre octobre et avril. L’écotourisme au Cameroun s’inscrit dans le secteur économique du tourisme du pays, qui contribue à 2,43% du produit intérieur brut, permettant de lutter contre la pauvreté dans plusieurs régions. Au village, les tortues marines sont le principal attrait touristique. Une partie des touristes passant par le village sont en fait des volontaires internationaux venant patrouiller les plages du village afin de recueillir les œufs de tortues pour les protéger. Par contre, ces dernières années, la demande devenait plus importante et les installations se faisaient désuètes. L'accueil des visiteurs et des volontaires devenait donc plus difficile, mettant donc en péril la protection des tortues marines.

À Ebodjé, l’association communautaire qui gère le tourisme est Ebotour. Celle ci compte une trentaine de membres représentant les familles du village. Au-delà de la gestion touristique, Ebotour joue un grand rôle au sein de la communauté. Avec ses revenus, l’association redonne au village, en payant le salaire de professeurs de l’école primaire, en subventionnant des médicaments pour offrir des soins gratuits ou en prêtant du matériel gratuitement (principalement des chaises et des tables) pour lors de mariages ou de décès.

Le projet s’est échelonné sur une durée de 7 mois, comprenant 4 mois de préparation et 3 mois de réalisation sur le terrain. L’objectif principal était d'accroître la capacité d’accueil du village. Pour ce faire, l’équipe 2018 a préparé les plans et participé à la construction de deux écolodges ainsi qu’un bâtiment de sanitaire. En plus de la construction des bâtiments, des panneaux solaires et un système d’adduction d’eau ont étés installés sur le site. Ces équipements seront utilisés à la fois par les volontaires et les touristes que par les habitants de Ebodjé.

Pour permettre la pérennité des équipements, des jeunes du village ont étés formés à l'entretien des panneaux solaires et de la pompe. Aussi, pour assurer la promotion du site, une formation d’utilisation des médias sociaux sera aussi assurée par un volontaire de CUSO International. 

Les nouveaux écolodges permettront de rendre le village plus attrayant pour les touristes et permettront ainsi d’augmenter les revenus de l’association communautaire mais aussi des villageois. De plus, comme le village pourra accueillir plus de volontaires, des patrouilles plus efficaces auront lieu sur les plages pour recueillir les oeufs afin de les protéger.  Les oeufs recueillis seront récupérés et protégés jusqu’à leur éclosion. 

Le projet avait donc une mission de coopération avec les communautés locales pour renforcer leurs capacités, mais aussi une dimension environnementale pour permettre de lutter contre la disparition d’espèces menacées.

  L'équipe du CIPO et les habitants locaux en action sur le chantier. 

Les deux bâtiments construits presque terminés. Une capacité de 4 chambres pour l'écolodge de gauche et 2 chambres pour celui de droite.
     

Équipe

  • Imane Elhanafi
  • Daphné Labrecque
  • Florence Lapointe
  • Jean-Paul Makuka Kivitidi
  • Geneviève Beauregard-Roussel
  • Alexandre D'Astous