Entrée #4

Cette semaine, sur le chantier de l’écocentre de pisciculture de Nkomelen en devenir, a débuté l’aménagement du fond de l’étang principal de type barrage. Pour ce faire, nous avons d’abord défriché l’entièreté de cet étang et la majorité du site qui lui est juxtaposé prédestiné à l’implantation d’étangs supplémentaires de dérivation. À travers cette journée de défrichage destinée à raser le site de toute végétation (à l’exception des troncs de rafias préalablement brûlés – de gros arbres similaires en apparence quoique bien différents des palmiers) qui pourraient perturber la qualité de l’eau pour les futurs poissons dans l’étang, nous avons appris à manier la machette et même à développer une certaine aisance pour cet instrument fondamental dans la localité qui nous apparaissait pourtant si étranger et excitant au premier coup d’œil.

Suite à cela, nous avons entrepris de commencer le noyau argileux de la première digue principale dans un but didactique. Cette tâche s’avérant trop ardue et fastidieuse pour notre groupe et les travailleurs en formation qui nous accompagnent, il a été décidé qu’une équipe spéciale de « commandos » serait engagée pour la terminer, les participants au séminaire-atelier qu’est aussi ce projet ayant déjà pu comprendre l’effort réel et la technique utilisée dans cette étape cruciale du projet.

Le lendemain, un topographe s’est rendu sur le site nouvellement défriché pour pouvoir l’évaluer – une évaluation qui est essentielle à l’élaboration du plan général du site et de l’emplacement des divers étang prévus à court et long-terme par notre expert pisciculteur, sa Majesté Nna.

Par après, nous avons commencé et pratiquement achevé le creusage des drains principal et secondaires qui serviront à la pêche des poissons lors des vidanges de l’étang de barrage. Ces drains forceront l’eau et par le fait même les poissons à passer là où on le désire lors de l’écoulement complet de l’étang pour que l’on puisse facilement tous les pêcher dans une petite piscine située à la sortie de l’eau que l’on appelle la pêcherie.

Parallèlement à tout cela, nous avons aussi commencé la construction du château d’eau qui alimentera en eau propre l’écloserie où on préparera les alevins et les champs d’agriculture qui serviront à nourrir les bêtes. Nous avons d’abord trouvé un site propice à sa construction en bordure de l’étang, du puits et de la future écloserie, que nous avons aménagé en conséquence. Puis, nous avons construit en ferraille une armature au fond de laquelle nous avons, par la suite, coulé en béton la dalle qui servira de plancher au petit bâtiment. Nous venons tout juste de terminer le coffrage en bois pour le coulage des murs de la structure.

01 Juillet 2013 – Vincent

Posted in CIPO 2013 on Jul 01, 2013